Country Music Forum

MUSIQUES COUNTRY & FOLK
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jimmie Rodgers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
hillbilly



Messages : 137
Date d'inscription : 29/09/2009

MessageSujet: Jimmie Rodgers   Mer 29 Sep - 7:07

Hi,

Ben quant même quoi,

Legends & history sans la toute première figure avec un impact artistique et commercial plus que notable du genre !

Allez, j'y vais de ma petite bio :

JIMMIE RODGERS
(1897 – 1933)

Lorsque Jimmie Rodgers vient au monde, la Country Music n'existe pas encore, du moins sous cette appellation. Elle n'est encore que confidentielle, jouée au cœur des Appalaches pour et par un public local de montagnards et de mineurs blancs qui adaptent les airs de leurs ancêtres à leurs nouvelles conditions de vie et aux quelques instruments rudimentaires dont ils disposent, le Fiddle s'impose de fait comme l'instrument roi. L'avènement de la Carter Family et surtout de Jimmie Rodgers à la fin des années vingt allait en faire l'impressionnante machine économique que l'on connaît aujourd'hui.

Lors de l'arrivée du Rock'n'Roll puis du Rockabilly au milieu des années cinquante, d'aucuns clamèrent qu'Elvis Presley était le premier blanc à avoir l'idée de fusionner le Blues et la Country. Effectivement, l'influence d'Elvis Presley fut primordiale sur l'évolution de la musique "pop" mondiale, toutefois, Elvis ne fit que concrétiser la démarche entamée par ses aînés, Bob Wills, Hank Williams et l’initiateur de la démarche: Jimmie Rodgers. L'influence du Mississipi Blue Yodeler sur la Country Music (à l'époque qualifiée de Old Time ou plus péjoratif de Hillbilly Music) est unique, tous les plus grands noms du genre furent plus ou moins redevable à Jimmie Rodgers et s'en inspirèrent, de Gene Autry à Hank Williams en passant par Bob Wills et Bill Monroe, sans parler de Ernest Tubb et Hank Snow qui en furent des inconditionnels. Musicalement, Jimmie Rodgers reste le premier artiste à se détacher aussi nettement du Old Time traditionnel, et s'affirme comme le précurseur direct des formes "modernes" du genre. Sa technique vocale emprunte beaucoup au Blues et s'impose aux instruments qui l'accompagnent, ce à une période où le statut des formations instrumentales se trouve tout juste entamé par des chanteurs tels Uncle Dave Macon. Par ailleurs, Jimmie s'impose comme un auteur de haut niveau dont les textes sont encore aujourd'hui cités en référence.

8 septembre 1897 Pine Spring près de Méridian Mississipi, Eliza Bozeman Rodgers met au monde son troisième garçon que l'on prénomme James Charles Rodgers, dès sa naissance, le gamin baigne dans l'univers des chemins de fer puisque son père Aaron W. Rodgers travaille pour la North Eastern Line. Toutefois, ce métier l'obligeant à se déplacer souvent, Aaron Rodgers décide de le quitter pour profiter de sa famille à plein temps. Il acquiert alors un petit lopin de terre à cultiver situé au nord de Meridian. Cette version officielle du lieu de naissance de Jimmie fut remise en question par le biais de faits semblent-ils avérés. En effet, originaire de l’Alabama, les Rodgers auraient immigré sur Méridian au Mississipi après la naissance de Jimmie, ainsi ce dernier aurait vu le jour à Geiger. Ainsi en 1993, l’Etat d’Alabama s’approprie officiellement cet événement majeur et introduit Jimmie Rodgers dans son Hall of Fame auquel ont seuls accès les natifs de l’Etat au camélia.

En 1901, Eliza Bozeman décède des suites de la même maladie qui allait emporter son fils trente deux ans plus tard, la redoutable tuberculose. Après deux années de veuvage, Aaron Rodgers se remarie et revend sa ferme dont l'exploitation lui pèse, il reprend du service à la North Eastern Line. Suite au remariage de leur père, Jimmie et son frère Talmage partent vivre chez leur tante Dora à Pine Springs dans la ferme Bozeman. Dora, ancienne professeur de musique les y initie.

En 1911 Jimmie rejoint son père à la Nord Eastern en tant que porteur d'eau pour les ouvriers noirs. Un milieu haut en couleur dont l'expression musicale privilégiée, le Blues, le conquiert d'office. Avec eux, Jimmie apprend à maîtriser les rudiments de la guitare puis du banjo. Dès 1912 il participe à un contest qu’il remporte avec son interprétation de Steamboat Bill et I Wonder Bill Bailey Don’t Come Home. Emballé par sa réussite il utilise sans son accord le crédit de son père chez le « Général Store » local et acquiert une tente où il installe son « tent show » personnel. Papa goûte avec modération l’initiative et ramène vite son fils à des projets plus immédiats.

En 1913, Jimmie a pris du galon et diversifie son activité professionnelle toujours au sein de la North Eastern Line. « Call Boy », « Flagman », « Baggage Master » puis « Breakman », le métier de serre frein lui vaudra plus tard son surnom de « Singin' Breakman ». Trois ans plus tard, le premier mai 1917, il se prend à vouloir fonder une famille et se marie avec Stella Kelly. Deux filles prénommées Rebecca June et Kathryn naîtront de cette alliance, néanmoins soldée dès 1918 par un divorce. Qu'à cela ne tienne, deux ans plus tard, il épouse Carrie Cecil Williamson en seconde noce, l'heureuse élue n'a que 14 ans (Jerry Lee Lewis n'a rien inventé), rien d'étonnant dans le Sud Profond. A noter que Jimmie et Carrie se marient sans l'accord des parents de la jeune fille, Jimmie viendra de lui-même régulariser la situation auprès de ses beaux-parents. Partis s'installer à la Nouvelle Orléans en Louisiane où Jimmie a décrocher un emploi à la new Orleans Ans Northeastern Railroad, les jeunes époux accueillent Anita le 30 janvier 1921. Comme son père le fit avant lui, Jimmie quitte les chemins de fer et entraîne sa famille à Purvis ou il vient d'acquérir une petite ferme. Pas plus que son père il n'est fait pour cultiver la terre il finit tout naturellement par revenir travailler pour le chemin de fer.

Entre-Temps, en 1923, il fait la connaissance de Goebel Reeves. Un personnage pittoresque que ce "hobo" qui a roulé sa bosse en Europe, en Asie et dans tout le pays, musicien et yodeler à l'occasion, Reeves aura certainement eut de l'influence sur le futur jeu musical de Jimmie. Profitant plus tard de la célébrité de son ami, Goebel Reeves clamera à qui voulu l'entendre qu'il fut le professeur de Jimmie Rodgers en matière de yodel, en 1929 il aura l'opportunité de se produire lui-même sur cire.

Fatigué par son dur labeur et ses nombreux déplacements, il ressent à cette époque les premiers symptômes de la tuberculose. En 1924, Jimmie déplore le décès de Rebecca June sa première fille, tuée par la diphtérie. Les obsèques lui coûtent toutes ses économies, ce qui le force à reprendre la route, où plutôt le rail ainsi retrouve t'on sa trace en Utah et au Colorado où par ailleurs l’air des cimes soulage ses poumons malades. Bien que le mal s’installe inexorablement, Jimmie refuse toute idée d’hospitalisation. Toutefois, il délaisse le rude travail de cheminot et s’investit dans la musique en formant un trio avec sa belle sœur Elise McWilliams et le fiddler Slim Rozell. En 1925 il s'engage comme « Blackface »dans la troupe d'un Medecine Show qui sillonne les routes du Kentucky et du Tennessee, occasion pour lui de s’initier à la musique hawaiienne alors très en vogue sur le continent. Si Jimmie profite d'une méthode d'apprentissage de scène efficace, son nouveau job est bien loin de lui apporter de quoi faire vivre sa famille. Dès 1926 il retrouve la East Coast Line Company et rejoint la Floride. Un peu plus tard, il se fixe en Arizona, cette fois comme aiguilleur pour la Southern Pacific Line, mais ses activités musicales perturbent ses employeurs qui lui signifient son renvoi. Retour dans l’Est à Johnson City, Tennessee où il rejoint occasionnellement le fiddler Ernest Elton, puis il monte ses propres Jimmie Rodgers Entrainers avec Jack Pierce et les frères Grant, Jack et Claude.

En cette fin 1926, début 1927, Jimmie travaille déjà sur son style propre, le Blue Yodel dont les influences noires et blanches se conjuguent déjà. Tommy Johnson et surtout Riley Pickett (dont « Rock All Your Baby To Sleep » emploi la technique du yodel dès 1924) ont une influence majeure sur le Jimmie de cette époque. Petit à petit, Jimmie Rodgers impose son jeu, il bénéficie bientôt d'un show radio régulier sur W.W.N.C. à Asheville en Caroline du Nord, non loin des Smoky Mountains où il gagne sa vie comme taxi et portier. Au dépôt de bilan de la station de radio, ils décrochent une place de titulaire au North Fork Mountain Resort. Mais, décidés à profiter pour eux-mêmes de cette nouvelle notoriété, les Entrainers le quitte pour devenir The Tennessee Ramblers, a noter que ces derniers seront auditionnés et pris sous contrat par Ralph Peer, juste avant que Jimmie ne se présente à ce dernier.

Août 1927, Ralph Peer installe ses studios volants dans la petite ville de Bristol située à l'extrême Nord Est du Tennessee, à la frontière de la Virginie. Il travaille pour le compte de la firme New Yorkaise Victor et doit pour elle découvrir de nouveaux talents dans les Appalaches. En effet, depuis quelques années, le public vient à s'intéresser à cette forme musicale jusque là jouée confidentiellement par les montagnards des Appalaches et qui depuis les premiers enregistrements sur disques (le duo Eck Robertson et Henri Gilliland en 1922) et le succès obtenu par certaines émissions radio (le Grand Ole Opry sur W.S.M Nashville depuis 1925) ne cesse de progresser. Ainsi, la plupart des majors labels dont les sièges sociaux sont localisés dans le Nord, envoient des "Talents-Scouts" dans le Sud Profond pour y dénicher les vedettes de demain, Ralph Peer pour Okeh puis Victor, Art Shatherley (d'origine britannique) pour la Columbia Broadcasting Company restent les plus célèbres d'entre eux.

Le quatre août 1927, poussé par sa femme, Jimmie, se présente au 408 State Street à Bristol Tennessee, armé de sa seule guitare. Peer le reçoit avec encore en tète l'audition, la veille, d'un trio familial The Carter Family qui lui a fait grosse impression. Avec Jimmie Rodgers la certitude de tenir un filon lui est confirmé, bien que ce dernier du user de toute sa persuasion pour faire démonstration de son talent. En effet, la tendance était alors aux formations le plus souvent instrumentales. Sont mis en boite « The Soldier's Sweetheart » une composition de Jimmie et « Sleep Baby Sleep » enregistré deux ans auparavant par Riley Puckett. A noter que Bristol Tennessee est, depuis peu, très officiellement considéré comme le lieu de naissance de la country Music, une attribution d'un fort symbolisme à défaut d'être tout à fait exacte. Pour commémorer cet instant historique, une superbe fresque fut réalisée en 1998 sur les murs de l’entrepôt où Ralph Peer installa son studio volant, outre Jimmie et The Carter Family y figurent également The Stonemans, autre formation découverte par Peer à cette période.

Nantis de ces démos qu'il devine source de succès, Peer s'arrange pour les presser sur cire pour la fin de l'année. En octobre 1927, les deux titres paraissent sur le 78 tours Victor 20864, l'accueil du public sera modeste mais conforme aux espérances de Ralph Peer, aucun artistes de "Hillbilly Music" n'avait encore produit un tel effet. Sans tarder, Jimmie Rodgers rejoint les studios principaux de Victor à Camden dans le New Jersey, parmi les pièces gravées ce 30 novembre 1927, le tout premier de la série des Blue Yodel, le fameux T For Texas et Away Out On The Mountain matières à son second 78 tours (ref : 21142)

Les Blue Yodels:
1927 – n°1 T. « For Texas »
1928 – n°2 « My Lovin' Gal Lucille » – n°3 « Blue Yode »l – n°4 « California Blue »s
1929 – n°5, n°6, n°7 « Anniversary Blue Yodel »
1930 – n°8 « Mule Skinner Blues » – n°9 « Blue Yodel »
1932 – n°10 « Blue Yodel » – n°11 « Anniversary Blue Yodel »
1933 – n° 12 « Barefoot Blues »


Fin 1927, la station de radio W.T.F.F. l’accueille et le présente sous les termes de « Singin’ Breakman » Jimmie se pique au jeu et se produit en tenue de serre-frein. Une popularité naissante encore aléatoire aussi Carrie prend un job de serveuse pour assurer le minimum vital. En février 1928, 8 morceaux aboutissent dans les studios Victor de Camden, Etat de New York parmi lesquels « In The Jailhouse Now ». Il participera à trois autres sessions courant 1928, 1 sur Camden et les deux autres sur Atlanta, 14 morceaux sont retenus. Peer souhaite rentabiliser rapidement son investissement, pour aider Jimmie dans son travail de compositeur, il lui adjoint Elsie McWilliams. Association efficace qui signe 9 titres en une semaine.

Discographie 1927
7 octobre – The Soldier Sweetheart / Sleep Baby Sleep


Dès 1928, plusieurs morceaux se sont vendus par milliers d'exemplaires, T. For Texas, Tuck Away In My Lonesome Blues, Brakeman's Blues … Il se classe juste derrière Caruso au niveau des ventes. Jimmie devient une énorme vedette au plan national et touche des cachets confortables (jusqu’à 600 $ pour 20 minutes) sans aucune mesure avec les 7,43 $ de royalties du début de sa carrière. Au Earle Theater de Washington, il revient pour 17 rappels. Sa popularité dépasse vite la frontière de la Mason Dixon Line, New York lui ouvre les bras et le reçoit plusieurs fois dans la salle mythique du Carnegie Hall.

Discographie 1928
3 février – Blue Yodel / Away Out On The Mountain
6 avril – Ben Dewberry’s Final Run / In The Jailhouse Now
4 mai 1928 – The Breakman’s Blues / Blue Yodel n°2
3 Août – Mother Was A Lady / Treasure Untold /
5 Octobre – Dear Ol Sunny South By The Sea / My Old Home Down In New Orleans
22 octobre –I’m Lonely And Blue /
3 septembre – Blue Yodel n°3 /
7 septembre – Never No Mo’ Blues /
2 novembre – Memphis Yodel / Lullaby Yodel
2 Décembre – My Old Pal / Daddy And Home


Et le rythme ne faiblit pas avec 1929, en février il travaille sur 11 sessions (2 à New York, 4 à Dallas et 5 à Atlanta).

En studio, notre homme travaille avec les meilleurs session men du moment, E.T. Cohen et Weldon Burkes (ukulélé, guitare, banjo), C.T. Hutchinson (cornet), James Rikard (clarinette), John West Brook et Joe Kaipo (steel guitare), Dean Bryan et Billy Burke (guitare), George McMillan (contrebasse), The Lani McIntire Hawaiians. Comme le fera Bob Wills quelques années plus tard, notre homme utilise au maximum les compétences des Jazz Bands , forme musicale qu'il adore et qu'il cultivera également en compagnie du Sawyer's Jazz Band et surtout de la formation du légendaire Louis Armstrong présent entre autres sur le Blue Yodel Numéro neuf mis en boite à Hollywood en 1930.

Discographie 1929
8 février 1929 – Blue Yodel n°4 / Waitin’ For A Train
19 avril – The Sailor’s Plea / I’m Lonely And Blue
7 juin – You And My Old Guitar / My Little Lady
12 août – Home Call
22 août – My Carolina Sunshine Girl / Desert Blues
20 septembre – Blue Yodel n°5 / I’m Sorry We Met
17 octobre – High Powered Mama /
22 novembre – Everybody Does It In Hawaii / Frankie And Johnny


Sa popularité va grandissante, Peer compte bien exploiter cet atout et l’embarque dans la tourné Interstate Circuit Tour organisée par la Radio Keith Orphéum (R.K.O.) sur les territoires du Texas, de l’Oklahoma, de la Louisiane, de l’Alabama et de la Géorgia. Il tient le coup bien que sa santé décline. En juin, juillet 1930, il passe 12 jours en studio et laisse 16 morceaux à la postérité dont le Blue Yodel numéro 8. Il procède seul avec sa guitare puis sont rajoutées les prises des Lani McIntire Hawaiians. En janvier et février 1931, il rejoint son presque homonyme, le chansonnier Will Rogers pour une tournée en soutient aux victimes de la Grande Dépression et du Dust Bowl sous le paraînnage de la Croix Rouge.

La Carter Family étant elle-même sous contrat avec R.C.A. Victor, il eut été dommage de se priver d'une association avec Jimmie Rodgers, en 1931, paraît le premier disque associant Jimmie à Sarah, Maybelle et A.P. Carter : Jimmie Rodgers Visits The Carter Family, expérience renouvellée tout naturellement avec The Carter Family Visits Jimmie Rodgers puis The Carter Family And Jimmie Rodgers in Texas. Sara Carter fut la seule artiste féminine avec laquelle Jimmie Rodgers travailla en duo, et en cette unique occasion, il s’adonnera au Gospel.

Discographie 1930
3 janvier – Tuck Away My Lonesome Blues / My Rough And Rowdy Ways
21 février – Blue Yodel n°6 / Yodeling Cowboy
4 avril – Whisper Your Mother’s Name / A Drunkyard Child
5 juin – Train Whistle Blues / Jimmie’s Texas Blues
9 juillet 1930 – For The Sake Of Days Gone By
1 août – Hobo Bill’s Last Ride / That’s Why I’m Blue
5 septembre – Any Old Time / Anniversary Blue Yodel
17 octobre – In The Jailhouse Now n°2 /
5 décembre – Pistol Packing Mama / Those Gambler’s Blues


Le Texas, Etat où justement Jimmie Rodgers se fixe, à Kerville où il fait construire une superbe propriété baptisée The Blue Yodeler Paradise. Si professionnellement, tout va pour le mieux, il n'en est pas de même pour sa santé, son planning ne lui laisse que peu de temps libre, et Jimmie ne fait aucun cas de son état de santé. Entre-temps, la tuberculose continue de le ronger en toute impunité. Jimmie choisi la voie de la dérision pour oublier son mal, le 31 janvier 1931, il grave 7 morceaux dont T.B. Blues (T.B. pour tuberculose) dans les locaux du Texas Hotel de San Antonio.

En février 1931, Jimmie fait l’objet d’un recours en action civile émanant de sa première femme qui exige une pension pour l’aider à élever leur fille Kathy. Elle obtient la somme importante de 50$ par mois redevable jusqu’au 18 ans de Kathy. Une lourde charge financière pour assurer laquelle, Jimmie doit intensifier ses prestations scéniques et studios au détriment de sa santé.

Discographie 1931
6 février – Jimmie’s Mean mama Blues / Blue Yodel n°6
13 mars – Nobody Knows But Me / The Mystery Of Number Five
24 avril – Mississippi River Blues / T.B. Blues
5 juin – My Blue Eyed Jane / Jimmie the Kid
12 juin – Jimmie Rodgers Visit The Carter Family / The Carter Family And Jimmies Rodgers In Texas
17 juillet – I’m Lonesome Too / Travellin’ Blues
11 septembre – Blue Yodel n°9 / Looking For A New Mama
23 octobre – Moonlight And Skies / Jimmie Rodgers Visits The Carter Family
4 décembre – Why Should I Be Lonely / What’s it
31 décembre – Let Me Be Your Side Track / Rodger’s Puzzle Records


Jimmie a parfaitement conscience que sa maladie atteint un stade irrémédiable, il sait qu'il peut mourir dans les mois à venir aussi se rend-t-il disponible pour de longues séances d'enregistrements afin de laisser un héritage musical qui témoignera sur cire de son œuvre. Ces sessions marathons l'épuisent totalement. En janvier 1932 on l'admet au Baptist Memorial Hospital de Houston au Texas où il marquera les lieux de sa gentillesse et sa disponibilité, toujours prêt à chanter pour le personnel et les patients du lieu. Il en ressort après 5 semaines de traitement, auxquels s'ajoutent six mois de convalescence courant février, 5 jours sont consacrés à la réalisation de 12 morceaux dans un studio de Dallas, parmi eux, le Blue Yodel numéro 10. En mars, il retrouve la scène à Paducah dans le Kentucky, pour venir en aide financièrement à son ami Billy Terrell, ce alors que lui-même dû vendre son Blue Yodel Paradise afin de pouvoir payer les frais médicaux de son traitement. Le projet de tournée envisagée en Grande Bretagne est définitivement mis aux oubliettes pour cause de santé.

Il sait qu'il se meurt aussi le voilà lancé à corps perdu dans les enregistrements afin que perdure sa mémoire, pour lui permettre de se reposer un lit est installé dans le studio même. Clint Eastwood rendra un bel hommage à Jimmie Rodgers dans son film Honky Tonk Man en partie inspiré des personnalités de Jimmie et de Hank Williams. Son personnage également malade de la tuberculose connaîtra une fin identique avec ce même acharnement à enregistrer et la reprise de l'anecdote du lit monté dans le studio. En août 1932, 12 titres dont Weeping That Old T.B. aboutissent dans les studios de Camden. Clayton McMichen et Slim Bryant l’y ont rejoint. Deux semaines plus tard, il rejoint New York pour mettre en boite 4 nouveaux morceaux.

Discographie 1932
4 février – Mississipi Moon /
26 février – When The Cactus Is In Bloom / Gambling Polka Dot Blues
8 avril – For The Sake Of Days Gone By / Roll Along Kentucky Moon
20 mai – My Time Ain’t Long / Ninety Nine Year Blues
1 juillet – She Was Happy Till She Met You / Home Call
12 août – Mississippi Moon / Blue Yodel n°10
29 août – In The Hills Of Tennessee
23 septembre – Hobo’s Meditation / Down The Old Road To Home
21 octobre – Mother The Queen Of My Heart / Rock All Our Baby To Sleep
2 décembre – In The Hills Of Tennessee / Miss The Mississippi And You


Malade, il déclare forfait pour le show W.E.A.F. de New York. Refusant tout traitement hospitalier, il déclare vouloir mourir les chaussures aux pieds et calme sa douleur à coup d’analgésique et d’alcool. Installé à San Antonio, il se contente de petites prestations locales et de quelques passages sur K.M.A.C. A Lufkin en février 1933, il fait un malaise. A peine hospitalisé, il contacte Ralph Peer qu’il supplie de lui mettre en place de nouvelles séances d’enregistrement. Ce dernier accepte et lui promet 250$ pour chacun des 12 morceaux projetés.

Le 17 mai 1933, seul avec sa guitare il met laborieusement en boîte le dernier des Blue Yodels "Barefoot Blues" et le jour suivant 3 autres morceaux dont The Jimmie Rodgers Last Blue Yodel qui, allez savoir pourquoi, n'entre pas dans la série des Blue Yodels. Le 24 mai un Jimmie Rodgers exsangue cumule pas moins de 24 titres dont le tout dernier, Fifteen Years Go Today. Une performance dont il ne se remettra pas. Le lendemain il prend le grand air sur la plage de Coney Island, en petite forme, il rentre à l’hôtel où durant la nuit, il subit une crise de toux qui se transforme en hémorragie. Noyé par son propre sang il sombre dans le coma dont il ne se réveillera pas. Son décès ne peut qu'être constaté le 26 mai 1933. Il sera inhumé le 29 mai au Oak Grove Cemetery près de la tombe de sa fille June.

Les plus grands artistes du genre vont rendre hommage en chanson au père fondateur de la Country Music "moderne", Dwight Butcher, W. Lee Daniel et le plus célèbre des Singing Cowboys, Gene Autry.

Discographie 1933
13 janvier – Whippin’ That Old T.B. / No Hard Time
24 février – Long Tall Mama Blues / Gambling Bar Room Blues
7 avril – Peach Mickin’ Time In Georgia / Prairie Lullaby
27 juin – Blue Yodel n°12 / The Cowhand’s Last Ride
30 juin – Blue Yodel n°11 / Sweet mama Hurry Home
14 juillet – The Land Of My Boyhood Dreamz / Southern Cannonball
28 juillet – Old Pal Of My Heart / Mississipi Delta Blues
8 septembre – I’m Free / The Yodelling Ranger
20 octobre – Old Love Letters / Somewhere Down below The Mason Dixon Line
20 décembre – Jimmie Rodger’s Last Blue Yodel / Years Ago


Jimmie Rodgers nous laisse 111 morceaux dont les deux tiers de sa plume, le septième art garde de lui The Singing Breakman, un court métrage de 15 minutes réalisé en 1929 sous la direction du Colonel Jasper E. Brady pour R.C.A. Victor où l'on peut profiter de Jimmie Rodgers sur T. For Texas, Daddy And Home et l'incontournable Waitin' For A Train.

Carrie Rodgers sa femme continuera de préserver la mémoire de son époux, notamment en cautionnant un jeune texan fan de Jimmie lors de ses essais pour R.C.A. Victor (Carrie offrit d'ailleurs une des guitare de son époux, touchée par la sincérité d'Ernest Tubb, qui lui-même la rendra à Anita Rodgers). Expérience malheureuse, trop influencé, Ernest Tubb n'arrive pas à se détacher de l'emprise du maître ce qui lui vaut de ne pas voir son contrat renouvelé. Fort heureusement, la maturité musicale acquise plus tard en fera l'un des acteurs principaux sinon le créateur du Honky Tonk.

Discographie 1934 – 38
10 avril 1935 – I’ve Ranged I’ve Roamed I’ve Traveled / Why Did You Give Me Your Love
22 mai 1935 – My Good Gal’s Gone Blues
23 novembre 1936 – Why Theres A Tear In My Eye
20 janvier 1937 – The Carter Family And Jimmie Rodgers In Texas
17 février 1937 – The Wonderful City / I’ve Only Loved Three Women
1 décembre 1937 – The One Rose / Yodeling My Way Back Home
25 mai 1938 – Take Me Back Again / Dreaming With tears In My Eyes


Associé à Hank Snow, autre grand fan de Jimmie, Ernest Tubb fut à l'origine de la cérémonie de commémoration annuelle de la mémoire de Jimmie qui a lieu sur sa tombe à Méridian.

Carrie Cecil Williamson, décèdera 25 jours après avoir assisté, le trois novembre 1961, à l'unanime élection de son époux à la première cérémonie du Country Music Hall of Fame, à la suite de Jimmie Rodgers furent élus même jour, Fred Rose et Hank Williams, hommage mérité à la mémoire de celui qui incarne encore et toujours la Country Music, le Blues des Blancs.

1978, il est le premier artiste de Country Music honoré par la poste U.S. qui lui dédie un timbre avec pour légende : « The Father Of Country Music »
1984, il est le premier blanc à recevoir le W.C. Handy Blues Award saluant sa contribution au Blues.
1986, le Rock’n’Roll Hall of Fame salue un Père Fondateur.
1987, le Smithonian Insitute lui consacre un coffret regroupant 36 titres.
1997, Columbia records édite un album hommage à Jimmie Rodgers par des artistes d’horizons musicales diverses : Dwight Yoakam- Aaron Neville – Van Morrison – John Mellencamp – Iris Dement – Jerry Garcia – David grisman – John Kahl – Steve Earle – Willie Nelson – Bob Dylan – David Ball – Mary Chapin Carpenter – Mickey Belts – Alison Krauss And Union Station - Bono


Discographie, Albums

1952 – Travellin’ Blues – RCA Victor
1952 – Mémorial Album Volume 1 - RCA Victor
1952 – Mémorial Album Volume 2 - RCA Victor
1952 – Mémorial Album Volume 3 - RCA Victor
1956 – Never No Mo’ Blues - RCA Victor
1958 – Train Whistle Blues - RCA Victor
1960 – My Rough And Rowdy Ways - RCA Victor
1961 – Jimmie The Kid - RCA Victor
1962 – Country Music Hall Of Fame - RCA Victor
1963 – The Short But Brillant Life Of - RCA Victor
1964 – My Life Ain’t Long - RCA Victor
1965 – The Best Of The Legendary – RCA Victor
1975 – All About Trains (une face Hank Snow) - RCA Victor
1990 – First Sessions 1927-28 – Rounder
1990 – The Early Rears 1928-29 - Rounder
1991 – On The Way Up 1929 – Rounder
1991 – Riding High 1929-30 - Rounder
1991 – America’s Blue Yodeler 1930-31 - Rounder
1991 - Down The Old Road 1931-32 - Rounder
1992 – No Hard Time 1932 – Rounder
1992 – The Singing Breakman – Bear Family Box Set
1993 – Last Sessions 1933 - Rounder
1996 – Américan Legend number 16 – Laserlight
1998 – The Best Of – RCA Camden

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent
Admin
avatar

Messages : 2733
Date d'inscription : 12/10/2008
Age : 41

MessageSujet: Re: Jimmie Rodgers   Sam 23 Oct - 6:56


Merci pour cette bio que j'ai pris le temps de lire, j'ai beaucoup appris sur ce bonhomme. Je me suis permis de faire de la couleur et du gras sur sa discographie pour la ressortir Wink

JIMMIE RODGERS - T for Texas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://countrymusic.forumactif.org
 
Jimmie Rodgers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» JIMMIE RODGERS "Blue Yodels" (1933)
» Paul Rodgers : The Hendrix Set (1993)
» Mighty Mo Rodgers
» Nile Rodgers
» Jimmie Vaughan play Blues, Ballads and favorites

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Country Music Forum :: LA COUNTRY MUSIC :: Legends & History-
Sauter vers: