Country Music Forum

MUSIQUES COUNTRY & FOLK
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Bill Monroe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Laurent
Admin
avatar

Messages : 2838
Date d'inscription : 12/10/2008
Age : 41

MessageSujet: Bill Monroe   Mer 14 Déc - 17:16

Un album hommage à Bill Monroe est sorti chez ROUNDER Records. BILL MONROE ( 1911 - 1996 ) est considéré comme le "père du Bluegrass". Il est né dans le Kentucky.

Il était apparement passionné de baseball ! Very Happy

« Les Bluegrass Boys jouaient dans un tas de villes dans tous le pays, et à cette époque, vous savez, chaque ville avait son club de baseball. Souvent nous avions donné notre spectacle sur le terrain de baseball du coin, et leur match commençait après le concert. Eh bien, j'ai toujours moi-même aimé le baseball, et beaucoup des gars qui m'accompagnaient voulaient aussi, alors, jouer au baseball, et ainsi nous nous sommes retrouvés avec un club de baseball. »

— Bill Monroe






L'album hommage en question :



http://www.rounder.com/2011/07/new-releases/9039

Participation de Claire Lynch ( donc je vous conseille le superbe dernier album ), Tony Rice, The Grascals, Ricky Skaggs, Dailey et Vincent, Ralph Stanley, Hazel Dickens ...



BILL MONROE AND HIS BLUEGRASS BOYS - Blue Moon of Kentucky ( Johnny Cash show 1969 ? )


Le son est décalé par rapport aux images, mais bon peu importe, ça reste un superbe document. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://countrymusic.forumactif.org
hillbilly



Messages : 137
Date d'inscription : 29/09/2009

MessageSujet: Re: Bill Monroe   Ven 16 Déc - 8:14

hi,

Tiens, ça fait un petit bout de temps que je ne vous avais pas balancer un petit article de mon cru, alors comme on parle de Monroe et de Bluegrass, je ne peut résister.

Si ça vous interesse, donc, un aperçu du bluegrass des premières générations, là encore, je vous engage à conjuger l'acquisition de Cd hommage, mais surtout ne bouder pas les originaux.

Hee Haw


Le Blue Grass

A partir des années 40, la Country Music, devenue industrie rentable, développe une image de respectabilité et revendique son histoire, chaque style musical est clairement identifié, dénommé et attaché à une personnalité. L'image du Bluegrass est ainsi attribuée à Bill Monroe.

L'évolution commerciale de la Country Music ne fait pas que des heureux. Restent encore quelques adeptes du Old Time défenseurs des traditions appalachiennes et presque aussi "rigides" que George D Hay. Le kentuckian Bill Monroe (qui ne supporte pas le terme de Hillbilly) se pose comme le leader de ces puristes de la première heure. Il fut élu au Country Music Hall Of Fame en 1970.

Prônant les valeurs chères à l'Amérique profonde, Bill Monroe (1911 - 1996) s'oppose à ce qu'il qualifie de dérive. Sur scène depuis les années trente aux cotés de son frère Charlie, il se lance dans une carrière solo, affinant au milieu des années quarante un genre musical directement issu du Old Time. Originaire du Kentucky, Monroe nomme sa formation The Blue Grass Boys, du surnom de son état natal. C'est donc tout naturellement que le style musical qu'il élabore sera baptisé à son tour Blue Grass bientôt en un seul mot, même si Bill Monroe de son côté l'écrivit toujours en deux mots. En solo, son frère ex partenaire Charlie (1893 – 1975) opte pour le Honky Tonk et tourne avec ses Kentucky Partners sans réellement s'imposer parmi les grands du genre. En revanche, son cadet conquiert le public de l'Opry dès son premier passage, en 1940, avec une version de « Mule Skinner Blues » d'anthologie. R.C.A. Victor lui propose donc de renouveler son contrat, Bill y reste 5 ans avant de signer sur Columbia, supportant difficilement de travailler en concurrence sur un même label avec son grand frère.
Bien que prétendu s'opposer à des genres jugés trop novateurs et dénués de morale comme le Western Swing, le Bluegrass n'en est pas moins une musique originale dont la démarche est comparable en bien des points à celle du Western Swing, ne serait ce pour la part d'improvisation liée à son expression. Fort de ses origines montagnardes, Monroe travaille sur la base d'un string band où les instruments électriques sont proscrits, tout comme la section cuivre mais s'inspirant au passage des techniques de jeu des jazzmen avec le soutien rythmique d'une guitare et d'une contrebasse. Les caractéristiques principales en sont une harmonie haut perchée avec une subtile association des vocaux, une ritournelle axée sur les cordes basses de la guitare et une série d'accords plaqués à la mandoline, instrument vedette du Bluegrass de la première heure, plus tard concurrencée par le banjo mis à l’honneur par Earl Scruggs. Bill Monroe applique un rythme swing à son jeu de mandoline, touche personnelle en fait influencée par le bluesman noir Arnold Shultz (1886-1931) avec lequel Monroe fit son apprentissage musical.

Le Blue Grass a également la particularité de revenir au principe du Old Time de mettre tous les instruments sur un même pied d'importance et sur une même ligne sur scène pour offrir à tous l’opportunité d’un solo comme de coutume dans le Jazz. La transition avec le old Time s'articule autour de deux banjoïstes majeurs, Charlie Poole (1892-1931) des North Carolina Ramblers et Dock Boggs (1898 -1971), l'un des premiers blancs à user du banjo comme d'une guitare bluesie. Par ailleurs, selon Bill Monroe, la pratique du Bluegrass n'est pas sans points communs avec le base ball dont il fut grand amateur.
A partir de 1945, le Bluegrass s'impose et se développe, sans avoir toutefois la portée commerciale du Western Swing, cette école devient pourtant l'une des plus renommées de l'histoire de la Country Music et intéresse un public fidèle. A Titre personnel, Bill Monroe connut peu de réels succès au niveau vente, notamment à Nashville même où le Blue Grass fut parfois considéré comme rétrograde. Forcément, Monroe ne se plia jamais aux lois commerciales et qui plus est ne pratiqua jamais la langue de bois, il fut par contre une personnalité scénique et musicale de toute première importance.

Apparemment, le Bluegrass est une expression monopolisée par les formations blanches, pourtant, Monroe en personne fit son apprentissage auprès d'un bluesman noir. En fait, la réalité est plus complexe, certe les formations les plus en vue sont blanches, toutefois quelques musiciens de couleur viennent réclamer leur part légitime de reconnaissance tel « Big Sweet » Lewis Hairston, un banjoïste bien connu en Virginie

Comme les Texas Playboys de Bob Wills au niveau du Western Swing, les Blue Grass Boys de Monroe jouèrent le rôle d'université du Blue Grass. Parmi les grands noms du genre, beaucoup firent leur apprentissage au sein de la formation du maître. Toutefois, l’ensemble pilote du genre en 1946 se décline comme suit :

Bill Monroe à la mandoline (une Gibson F 5 impérativement).
Earl Scruggs au banjo.
Lester Flatt à la guitare.
Howard Watts à la contrebasse.
Chubby Wise au fiddle.

Par la suite, les puristes tolèreront l'adjonction de la guitare dobro (pas Bill Monroe qui fit pourtant, à l’occasion, appel à un accordéon), mais en aucun cas l'électrification des instruments. Mémorable entorse que d'aucuns se permettront pour donner naissance au Newgrass, évidemment fustigé par le maître.

La guitare dobro

La Guitare Dobro fut mise au point dans les années vingt par les frères Dopyera (DOpyera BROthers) très influencés par la guitare Hawaiienne dont ils reproduisent la technique de jeu à plat adaptée à une guitare nantis d’un corps métallique qui puisse permettre de se tenir dans un orchestre de cuivres. Une nouvelle fois, cette nouveauté est rapidement mise en œuvre par les bluesmen avant de séduire quelques avant-gardiste Country dont «Bashful Brother» Oswald (Smokey Mountain Boys de Roy Auff) qui œuvre pour lui garder sa popularité, mise à mal par la vulgarisation de la guitare électrique. Ensuite Josh Graves (1924-) l’impose au sein du groupe de Flatt & Scruggs et en fait un instrument phare du Bluegrass où aujourd’hui Jerry Douglas (1955-) est devenu la référence du genre avec une participation à plus de 1.500 albums de tous genres musicaux.


Quelques fugures incontournables :

Mac Wiseman (1925 - )- Très ouvert à toutes les formes de Country Music, Mac n'hésitera pas à flirter avec le Rock'n'Roll et à pratiquer occasionnellement d'excellents Honky Tonk et Western Swing..

The Osborne Brothers. Avant-gardistes, ils commirent aux yeux des puristes le sacrilège d'électrifier leur Bluegrass.

Wassar Clement (1932 -2005 ) - L'un des instrumentistes du genre parmi les plus demandés.

Jimmy Martin (1927 - 2005 ) - Réputé comme un perfectionniste, Jimmy, tout comme Wassar Clement est, en marge de sa carrière solo, un artiste de studio fort recherché.

Issus des Blue Grass Boys où non, d'autres formations s'adonnent au Bluegrass de remarquable manière

The Stanley Brothers - Initiés très tôt au Old Time, Carter et Ralph Stanley s'intéressent au Bluegrass dès le milieu des forties, dans un style cependant plus proche du Old Time et où les harmonies vocales s'imposent aux instruments à l'opposé de la politique des Bluegrass Boys de Monroe. En 1948, la méthode Stanley Brothers fait concurrence à celle de Bill Monroe et les Clinch Mountain Boys sont une école de formation très efficace (Keith Whitley, Ricky Skaggs, Marty Stuart…) .

Flatt And Scruggs - Après avoir débutés chez les Blue Grass Boys dont ils perfectionnent le jeu, ils se lancent dans une carrière personnelle avec leurs Smokey Mountain Boys où ils intègrent la guitare dobro de Bunkett «Josh» Grave, devenant rapidement eux mêmes des références recherchées. Elus au Country Music Hall Of Fame en 1985. Lester Flatt disparu, Earl Scruggs poursuit seul puis accompagné de ses fils Randy (1953- ), Gary (1949- ) et Steve (1958-1992) au sein de sa Earl Scruggs Revue. A la fin des années soixante, il flirte volontiers avec le Country Rock et le milieu Folk, se posant de fait comme la référence des adeptes du Newgrass.

Jim And Jesse - Les deux frères Mc Reynolds débutèrent par le Old Time avant de se consacrer au Bluegrass qu'ils teintent parfois d'une Country Music plus éclectique.

Flatt et Scruggs peuvent légitimement revendiquer l’ouverture du Bluegrass au grand public avec leur composition «Foggy Mountain Breakdown» retenue pour illustrer la bande annonce du film «Bonnie And Clyde» avec Warren Beatty et Faye Dunaway. Ils figureront également au générique musical de la série «The Beverly Hillbillies». Le Bluegrass en vogue, Eric Weissberg (1939-) et Steve Mandell (-) exécutent un magistral duel de banjo / guitare dans la séquence culte du film «Délivrance». Puis au milieu des années soixante sont montés les premiers festival de Bluegrass avec concours entre les formations. La primeur en revient au festival de Fincastle en Virginie en 1965.

Fier de s’approprier les valeurs de l’Amérique Profonde, le Bluegrass se tourne sans mal vers le Gospel où nombre d’artistes y exprime leur foi fervente. Ainsi, parmi les spécialiste du Bluegrass-Gospel, Doyle Lawson & Quicksilver, auteurs de galettes remarquables.

Indéniablement marqué par son origine montagnarde, le Bluegrass parvient cependant à s'expatrier et quelques formations hors Appalaches s'en tirent avec les honneurs. En particulier dans les Monts Ozark et moins attendu au Texas en plein coeur des terres du Western Swing et du Honky Tonk souvent éloigné de la rigueur morale supposée du Bluegrass. N'en demeure pas moins une allégeance au dogme «Monroe» revendiqué par les Mayfield Brothers, pionniers dans ce domaine sur le secteur Houston / Dallas vers 1950. A la fin des sixties, tous le Texas profite du phénomène tel Abilène où les Black Mountain Boys auront l'occasion de soutenir George Herbert Walker Bush dans sa vaine campagne au poste de sénateur en 1964. Les années soixante dix confirment l'intégration réussie du Blegrass au Texas où fleurissent radios et médias spécialisés dont Ridge Runner Records, label de référence locale.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent
Admin
avatar

Messages : 2838
Date d'inscription : 12/10/2008
Age : 41

MessageSujet: Re: Bill Monroe   Lun 19 Déc - 9:50

Merci hillbilly, c'est vraiment une excellente chose que des grands soient restés intransigeants pour leur musique même s'ils ont été traités de passéistes, rétrogrades, ringards etc.

Le "newgrass" n'a jamais vraiment percé si ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://countrymusic.forumactif.org
hillbilly



Messages : 137
Date d'inscription : 29/09/2009

MessageSujet: Re: Bill Monroe   Lun 19 Déc - 10:28

Hi Laurent,

L'appellation Newgrass n'est plus guère utilisée aujourd'hui et il est vrai que le Bluegrass traditionnel connaît un tel regain d'intéret que son dérivé Newgrass est un peu fondu dans la masse, mais l'influence et la créativité du newgrass est belle et bien présente même si moins... provoquante qu'elle ne le fut dans les 60's et 70's.

A la fin des années 60 et début 70, le new grass est un véritable phénomène en particulier grace à Earl Scruggs et sa Revue qui ouvre le bluegrass à des techniques et des instruments jusque là boudés par les puristes (Monroe ne fut guère tolérant avec ce mouvement).

Mais historiquement, c'est un bel échange entre la tradition conservatrice et l'ouverture de la folk music et des protest songs du moment, Earl Scruggs entre autres repris et joua avec Dylan.

Beaucoup de la jeune génération bluegrass de l'époque vont se tourner vers le Newgrass voire le jazzgrass et ainsi redonner un coup de fouet à ce genre musical peu commercial. Cette époque marque tout de même l'arrivée de quelques futurs cadors de la Country Music, et pas mal d'entre eux venu du Bluegrass vont passer par le newgrass avant d'aller carrément tater du Country Rock (skaggs, gill, hillman, et les frères White ex-kentucky colonels et bien sur le "grateful dead" Jerry Garcia qui avec ses complices newgrass nous laissent des plages magnifiques).

En France, le milieu bluegrass/newgrass est une sorte de principauté au sein du petit monde country, on y retrouve un peu la mentalité jazz un poil intello. et ca aussi on le tient de la génération newgrass.

C'est sans doute pour celà que ce mouvement est un peu en retrait et de toute manière bien loin du marketing "nashville".

Hee haw
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent
Admin
avatar

Messages : 2838
Date d'inscription : 12/10/2008
Age : 41

MessageSujet: Re: Bill Monroe   Mar 20 Déc - 13:51

Ca ferait du bien un "O Brother 2" ! Smile

Merci pour toutes ces infos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://countrymusic.forumactif.org
Laurent
Admin
avatar

Messages : 2838
Date d'inscription : 12/10/2008
Age : 41

MessageSujet: Re: Bill Monroe   Dim 26 Juil - 9:07


Superbe vidéo, le vénérable bonhomme ne se laisse pas déconcentrer par sa turbulente et blagueuse voisine Razz

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://countrymusic.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bill Monroe   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bill Monroe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [INFO] Bill & Tom en couverture de Vogue Italie d'octobre (photoshoot + vidéo)
» [Info] Bill : nouvelle coiffure, nouveau style : photos !
» [Rumeur confirmée 2 ans après] Bill & Tom auraient un tatoo commun et Bill un nouveau piercing!
» [ DE ] Punkt 12/RTL Exclusiv - Itw de Dennis K. sur la love-affair de Bill
» [Presse] Lady Gaga et Bill Kaulitz, quel look est le plus rare ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Country Music Forum :: LA COUNTRY MUSIC :: Legends & History-
Sauter vers: